Cette réunion a surtout porté sur les dispositions mises en place suite au CCE de juillet 2016.

 

  • Positionnement de la 5ème semaine
  • Incitation au départ en retraite pour les salariés disposant de tous leurs trimestres avant fin 2016.

 

  • Positionnement de la 5ème semaine :

 

La Direction Générale a unilatéralement imposé la prise de la 5ème semaine de congés  du 19 au 23 décembre. Elle ne s’est pas souciée  des difficultés, engendrées par salariés ne bénéficiant plus, pour diverses raisons, de cette 5ème semaine, ou l’ayant déjà bloqué.

Quelques exemples : Salariés ayant déjà pris leur 5ème semaine, salariés nouveaux  embauchés n’ayant pas acquis suffisamment de jours, salariés ayant déjà prévu, pour d’autres raisons, la prise de 5ème semaine : vacances scolaires, garde d’enfant pour parents séparés, salariés partant en voyage et l’ayant déjà payé, etc…..

Dans sa précipitation, la Direction nous avait dit que cela ne concernait que quelques personnes à la marge et qu’on règlerait cas par cas. Sauf qu’aujourd’hui 324 salariés seraient concernés, voire davantage, car la Direction avoue ne pas connaitre le chiffre exact.

Pour les salariés n’ayant pas acquis tous leurs jours de congés, la Direction est tenue à leurs payer le reliquat. En aucun cas ils ne peuvent en être de leur poche.

Différentes propositions ont été faites par les Organisations syndicales sur ce sujet, la Direction Générale entend réfléchir et nous donnera sa réponse lors de la prochaine réunion qui se tiendra le mercredi 7 septembre à 14 H.

  • Incitation aux départs :

Nous avons demandé à la direction le nombre de salariés ayant répondu à l’incitation au départ. La direction n’a pas fait le recensement et est incapable de fournir un chiffre.

 

Là aussi, il faudra attendre la semaine prochaine. C’est pénible de négocier dans ces conditions.

En ce qui concerne les salariés s’étant déclarés avant le 7 juillet et partant en retraite à partir de septembre jusqu’en décembre la DG va examiner la possibilité de leur faire bénéficier des 2 mois de prime supplémentaire. Réponse la semaine prochaine.

 

  • Congés de fin de carrière (CFC)

La DG réfléchit à un dispositif permettant dès le 1er janvier 2017, aux salariés d’être dispensé d’activité (de travail) 1 an avant de liquider leur retraite.

Ex : pour un salarié ayant des droits à la retraite le 1er février 2018, il pourra être en « CFC » à partir du 1er février 2017. Il toucherait 65% de son salaire brut (salaire de base + prime d’ancienneté + 13ème moi) et bénéficiera de la participation et de l’intéressement.

Son calcul du droit à la retraite se fera sur la base d’un salaire reconstitué (sans perte).

Cet accord sera limité dans le temps, visiblement un an.

Là aussi d’autres précisions devraient être apportées la semaine prochaine.

La DG doit nous envoyer la nouvelle mouture de l’accord GPEC tenant compte de tous ces changements.

Nous reviendrons prochainement dans un tract sur l’impact de ces mesures pour le personnel et pour la société.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *