L’année 2017 a été marquée par une forte activité au niveau du marché militaire : 

Ø Pour l’Égypte : livraison, production et soutien de leurs Rafale, négociations pour 12 ou 24 Rafale  supplémentaires et modernisation de leurs Mirage 2000.

Ø Pour le Qatar : production de leurs Rafale et signature pour 12 Rafale supplémentaires.

Ø Pour l’Inde : production de leurs Rafale, négociation du contrat pour la livraison de 57 Rafale Marine supplémentaires, création de la Joint Venture DRAL permettant de fabriquer des pièces civiles et militaires.

Ø Neuron et FCAS : poursuite des développements et lancement d’un démonstrateur.

Ø MALE : offre de lancement d’un programme en 2018.

 Et pour ce qui est du marché civil :

 Ø  Falcon 5X : abandon du programme et lancement d’un nouvel avion sur la base du 5X.

Ø  Falcon 8X : « avion très mature et apprécié dès son entrée en service ».

Ø  Falcon 2000 : 4ème avion maritime commandé par le Japon.

Ø  Extension du service client, notamment en Malaisie et en Autriche.

 Enfin lancement d’un nouveau programme, Falcon FX.   

 Les salariés Dassault-Aviation ont encore une fois, fait de très gros efforts en production et développement afin d’atteindre ces objectifs.

 En termes de chiffres, ceux de 2017 ne dérogent pas à la règle et sont une nouvelle fois très bons :

 Ø  Carnet de commandes stable à 19,8 milliards d’euros pour un chiffre d’affaire en hausse à 2 milliards d’euros sur 6 mois.

Ø  La trésorerie est à un niveau historiquement haut à près de 4 milliards d’euros depuis quelques années. Ce qui nous donne une vision sur plus de 5 ans.

Ø  Bénéfices toujours en hausses, avec 200 millions d’euros pour le premier semestre 2017.

 Au vu de l’exponentielle et exceptionnelle santé financière de notre société, nos dirigeants ont décidé de valider le plus gros plan de réduction du capital jamais fait en Europe, 2,4 milliards d’euros sur la trésorerie de notre société.

 De même, pour saluer leurs performances nos PDG se sont octroyés  une belle prime de « performance » de 1000 actions soit 1,3 millions d’euros : Bravo à eux !

 A côté de cela, certains chiffres inquiètent :

 Ø  Le nombre de démissions et de ruptures conventionnelles ont doublé en 1 an, c’est près de 100 salariés qui ont quitté l’entreprise en 2017, en plus ou moins bons termes,

Ø  La baisse drastique des effectifs de la société, passant de 8412 à 8045 salariés en 2 ans et plus particulièrement en Spécifiques fabrication et spécifiques technique, sans transmissions des compétences et savoir-faire,  font craindre le pire pour l’avenir…    

 Ce bilan M. Petit, doit vous alerter sur le climat social très dégradé de la société directement lié à votre mot d’ordre de « laisser filer les effectifs » et à votre politique salariale au rabais. Vous faites appliquer des conditions de mobilités sinistres, sans parler de l’érosion des budgets de R&D (recherche et développement) et d’investissements qui ne permettent plus à chacun de travailler dans de bonnes conditions, en particulier pour les sites de Poitiers et d’Argenteuil. Alors que vous affirmiez le contraire aux jeunes embauchés.

 Nous vous avons confié, en fin d’année dernière, notre cahier revendicatif et souhaitons insister sur 4 points :

 Ø Augmentation Générale des salaires de 6 %.

Ø Augmentation Individuelle significative en pourcentage, égale entre cadres et non-cadres.

Ø Réel et  important effort, afin de diminuer les inégalités salariales entre Femmes et les Hommes.

Ø Un plan d’embauches conséquent afin de pallier aux objectifs demandés et stopper l’érosion significatives des effectifs.

 Aujourd’hui, tous les voyants de la société sont au vert, permettant de ne pas décevoir les salariés qui créent la richesse et la valeur ajoutée de notre entreprise.

M. Petit, nous attendons de votre part que vous abordiez ces NAO 2018 avec d’ambitieuses propositions salariales tenant compte des efforts produits par ces hommes et femmes depuis des années, qui font la renommée de  Dassault-Aviation.

 Dans l’intérêt commun des salariés et de la société, nous souhaitons que vous entendiez cette année, ces légitimes demandes.

 

Le 25 janvier 2017

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *