Messieurs, traditionnellement ce premier CCE vous permet de faire le bilan de l’année passée, mais surtout de nous expliciter vos nouveaux grands projets et changements de l’entreprise pour l’année à venir.

DFS

Il y a un an lors du CCE du 26 janvier 2017, à notre question n°7 « Quelle stratégie pour le site DFS le Bourget, DA compte mettre en œuvre pour son développement en parallèle de DFS Mérignac », vous nous répondiez, que la Direction locale DFS tiendra informé les élus en CE courant 2017 de la stratégie décidée.

Lors du CE Extraordinaire de DFS du 8 février 2017 réuni à l’initiative de la CGT, force est de constater que la direction locale est restée très évasive quant à la stratégie à venir de l’entreprise, tout en indiquant sur l’adaptation du site du Bourget aux avions « grand fuselage » :

« On ne va pas casser les H5, alors que l’on ne connait pas la taille du nouvel avion en étude chez DA », surprenant comme réponse alors que les premiers 8X arrivent sur le marché et que le 5X était toujours en cours de développement à cette époque.

Lors des CHS-CT du 19 et CE du 20 décembre 2017, la direction nous a laissé entendre du bout des lèvres qu’un hangar serait modifié, pour accueillir 3 slots avion type 7/8X à l’horizon du premier semestre 2019.

Après un an et toujours pas d’informations précises, nous vous demandons aujourd’hui de nous expliquer quelle stratégie vous avez décidé pour DFS demain.

Dassault Aviation

Le carnet de commandes Falcon fond comme neige au soleil depuis 10 ans.

Une partie de cette situation pourrait être mise sur le dos de « la crise » et du manque de clients, mais avons-nous vraiment adapté notre gamme d’avion aux besoins clients ?

Vous nous expliquiez lors des précédents CCE que le client était la seule personne que nous devions écouter !

Visiblement, vous l’avez mal écouté ou alors pas entendu, nos clients sont devenus exigeants et pointus dans leur choix, avec une gamme du marché des jets privés de plus en plus vaste.

Nos concurrents directs nous ont rattrapés et dépassés en termes de qualité et performance avec une gamme bien plus étoffée que la nôtre, vous nous le rappeliez encore lors du CCE extraordinaire          19 décembre dernier !

Alors que nous vous avions maintes fois alerté sur le sujet, que comptez-vous enfin faire ?

Il nous faut dès à présent, étendre notre gamme, et se réapproprier les bonnes et anciennes formules ayant fait de Dassault Aviation ce qu’elle fut…

La trésorerie de près de 4 milliards d’euros, les commandes Falcon en hausse de 30 % entre 2016 et 2017, la nouvelle commande de 12 Rafale Qatar, votre optimisme déclaré lors du CCE extraordinaire sur la reprise du marché Falcon, les espoirs de nouvelles commandes Rafale vous oblige à lancer immédiatement de nouveaux programmes civils afin d’étoffer notre gamme mais aussi militaire, plus rien n’ayant été entrepris depuis le Rafale dans les années 80…

Ne pas le faire serait un très mauvais choix industriel lourd de conséquence !

 

C’est pourquoi, nous souhaitons vous entendre aujourd’hui présenter de nouveaux projets innovants, autres que le programme FX reprenant dans les grandes lignes celles du 5X, mais, il semblerait que pour vous, chez Dassault Aviation, la révolution industrielle peut attendre, comme peut attendre aussi  le social ! !

En effet, votre volonté de réduire les effectifs de la société devient de plus en plus préoccupante, entrainant  pertes de savoir-faire et compétences au  quotidien et personne aujourd’hui ne saurait vous dire à quel stade se trouve le point de non-retour…

La solidité des équipes constituées est une alchimie difficile qu’il faut chérir et entretenir, les déboires rencontrés sur le 7X, 8X, 5X  et son Silvercrest doivent vous interpeller !

Oui, Dassault Aviation a aujourd’hui mangé son pain blanc technologiquement et socialement !

Si la division par 2 des effectifs effectuée à la fin des années 80 vous laisse croire que tout est possible, nous vous alertons, ce qui s’est passé à l’époque n’est plus transposable…

La considération de l’humain, les salaires pratiqués chez Dassault étaient alors les plus hauts du secteur et c’est pour cela que vous avez pu recruter et garder les meilleurs.

Ce n’est malheureusement plus chez Dassault Aviation que se rendent les meilleurs talents !

  1. Trappier, vous ne semblez pas avoir saisi l’ampleur du problème.

L’année dernière nous avons vu doubler le nombre de démissions et ruptures conventionnelles par rapport aux années précédentes, pour la CGT c’est un signal fort, une sanction à vos changements de politique salariale et sociale de notre société.

Il en va de même pour le sujet de la mobilité, vous reprochez parfois aux salariés de ne pas être dans une dynamique de mobilité mais vous en êtes le seul responsable !

Quand ils y trouvent leurs intérêts les salariés sont prêts à beaucoup de choses… mais encore faut-il qu’ils le trouvent !

Rien d’étonnant non plus à ce que la grande majorité des salariés n’adhèrent pas à votre plan « Piloter notre avenir », alors que vous vous êtes engagé à ce que le volontariat soit le premier critère pour la mobilité, dans un établissement particulièrement touché par votre plan de restructuration, Argenteuil pour ne pas le citer, la Direction Locale a le culot de vouloir faire signer aux salariés d’un secteur transféré, une lettre ayant comme objet, « lettre de refus de mobilité » !

Imaginé la pression psychologique ressenti par les salariés concernés…

Soit vos consignes ne sont pas respectées, soit elles ne sont pas comprises…

 

Nous attendons donc de votre part des explications claires.

 

D’autre part, comment pouvez-vous encore oser présenter un accord sur la Qualité de Vie au Travail, si ce n’est une obligation de négocier imposé par le législateur ?

Que représentent réellement les salariés à vos yeux, quand dans le même temps vous imposez pour dans sa grande majorité les dates des congés pour la deuxième année consécutive, que vous multipliez le travail en équipes, que les objectifs imposés aux cadres dépassent l’entendement, etc. ?

La colère et le désengagement montent dans l’ensemble des établissements, dans toutes les catégories de salariés, cades et non cadres, mais vous n’en tenez apparemment toujours pas compte.

Nous vous le disons, nous courons à la catastrophe avec de tels agissements.

Vous savez tout autant que nous qu’une entreprise dans laquelle les salariés se sentent bien, c’est en moyenne une baisse de 50 % de l’absentéisme et une augmentation moyenne de 30 % de la productivité.

Plus besoin de flicage, répression, oppression ou autre ARP pour y arriver, juste de la bonne volonté de part et d’autre, comme hier où nous construisions le double de Falcon !

En plus de remettre l’Humain au cœur de l’entreprise, pour la CGT il est également venu le moment d’ouvrir la voie à la diversification de nos activités, la baisse du carnet de commandes civil, de votre fait et de celui de votre prédécesseur, nous semble désormais trop marquée pour n’être que conjoncturelle.

La CGT vous a présenté l’année dernière quelques idées, retraitement d’avions en fin de vie, avion d’entrainement et de combat léger type Alphajet, avion 100 % électrique, dirigeables, aérospatiale, énergies renouvelables, etc…tant d’exemples que vous balayez rapidement d’un revers de main, probablement parce que cette diversification ne serait selon vous, pas en mesure de rapporter suffisamment d’argent à court terme…

Vous pouvez vous féliciter que Dassault Aviation soit encore l’entreprise préférée des jeunes dans leurs écoles, mais pour combien de temps encore ?

Lorsque l’on regarde le classement des 25 entreprises qui offrent les meilleures conditions de travail, la meilleure rémunération et l’ambiance la plus agréable, Dassault Aviation ne s’y trouve pas ! ! !

Rien d’étonnant avec la politique industrielle et sociale que vous menez !

 Vous pensez certainement que sans vous nous ne sommes rien, mais l’inverse est sûrement plus vrai !

Ce n’est pas une menace ou du chantage, mais vous savez et nous savons ce que les salariés sont capables de donner à cette entreprise.

Faites confiance aux salariés, remettez l’Humain au centre de cette entreprise !

 Les bonnes recettes sont connues, augmentation forte des salaires, liberté d’organisation personnelle (non-imposition des congés, télétravail,…), tutorat systématique, évolution de carrière facilitée, embauches, écoute des organisations syndicales.

Ce qui était vrai hier, l’est toujours aujourd’hui…

M Trappier, il n’est peut-être pas trop tard, la balle est dans votre camp !

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *