Ce jeudi 25 janvier s’est tenue la 2ème réunion des NAO Salaires. La DG a tenu son habituel discours soufflant le chaud et le froid : « soyons optimistes mais restons prudents, le civil repart en occasion et en neuf, espoir de nouveaux contrats exports pour le Rafale, mais attention à la parité euro/dollar, on n’a pas encore reçu le chèque du Qatar, etc… ».

Voici les premières propositions concrètes des augmentations de salaires :

 Non-Cadres :

  • AG = 0,9 % (Exemple : pour un salaire de 1600€ net cela représente une augmentation de 14,40€).
  • AI = 0,9 % (dont 0,3 % dédié à la prime d’ancienneté).
  • Revenu Minimum Garanti (RMG) = 2150 € (ce qui concernerait une centaine de salariés).
  • Minimum 13ème mois = aucune proposition de revalorisation.

Cadres :

  • AG = 0 %.
  • AI = 2,1 %  (aucun chiffre sur le conventionnel et aucune mesure spécifique pour les jeunes).
  • Prime d’ancienneté = la DG s’y oppose.

Toutes catégories de salariés :

  • Prime Rafale Qatar = 0 €
  • Égalité femme/homme : moins de 0,1 % du budget sera prélevé sur les augmentations pour rééquilibrer les salaires femme/homme à poste, ancienneté et âge équivalent.
  • Égalité des pourcentages cadre/non-cadre : la DG s’y oppose

Commentaire CGT

Nous avons commencé la réunion par rappeler les chiffres prévisionnels de l’inflation prévue par l’INSEE pour les six premiers mois de 2018 : + 1,6 %

Cela signifie, que pour un simple maintien du pouvoir d’achat des salariés pour l’année 2018, la Direction devrait nous donner 3,2 % d’AG (si la croissance se maintien). Dans le cas contraire, chaque salarié verrait son niveau de vie diminuer.

C’est pour cela que la CGT demande + 6 % d’augmentation générale pour toutes les catégories.

La CGT et la CFDT réclament l’égalité des pourcentages d’augmentations entre cadres et non-cadres. La CGC, elle, tient à cette différence…sans pouvoir la justifier.

Concernant l’emploi, interpellé par la CGT quant à la nécessité d’un plan d’embauches audacieux afin de pallier à la chute drastique des effectifs et des savoir-faire, le discours de la Direction a changé. M. Petit nous explique que leur politique du « laisser filer les effectifs » est finie. « Maintenant on laisse place à la sous-traitance, l’intérim, les heures-supplémentaires, le travail du samedi, et potentiellement des embauches ciblées (aucun chiffre annoncé) ».

  1. Petit confirme un « pilotage à vue » de l’organisation de la société.

Pour la CGT cette gestion est nuisible à la qualité de nos avions, à l’équilibre vie personnelle/vie professionnelle, à la conception de 2 nouveaux avions et donne un sentiment d’amateurisme et de manque de sang-froid. 20 milliards de carnet de commandes et une trésorerie de 4 milliards devraient pourtant largement rassurer nos Directeurs et permettre un plan d’embauches et des augmentations audacieuses !

Les seuls arguments qui semblent interpeller la Direction sont les alertes sur la démotivation galopante des salariés : il y a des avions à concevoir et à livrer… et la Direction générale a besoin de la motivation de tout le monde ! ! !

Comme pour le recul de la Direction générale sur les congés imposés, l’avenir de la négociation sur les salaires et les emplois est maintenant entre les mains des salariés pour faire évoluer ces propositions !

La CGT compte faire évoluer ces propositions scandaleuses et vous demande de participer massivement à toutes les initiatives proposées pour faire avancer nos revendications légitimes.

 Maintenons la bonne dynamique qui a nous a permis  de gagner nos 4ème et 5ème  semaines de congés

à libre disposition !

 

 Le 26 janvier 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *