En mars 2015, alors que les directions déploient leur organisation du travail en LEAN dans tous les établissements depuis 2011, vos élus CHSCT votent à la majorité des présents une expertise CHSCT « risque grave » sur la dégradation des conditions de travail dans l’établissement de Mérignac.

Les élus du CHSCT donnent mandat à l’expert sur les points suivants :

  • Etablir un état des lieux des conditions de travail et de sécurité sur l’ensemble des bâtiments impactés par le Lean et par les opérations de rattrapage (bat C et G),
  • Identifier et analyser les facteurs techniques, organisationnels ou humains à l’origine de cette situation dégradée permanente,
  • Identifier les causes du malaise exprimé par la souffrance de certains salariés,
  • Proposer au CHSCT toutes les recommandations utiles propices à rétablir des conditions de travail, de santé et de sécurité acceptables pour l’ensemble des salariés touchés par cette situation,
  • Accompagner les élus du CHSCT dans le développement de leurs compétences et prérogatives en matière de santé et de prévention des risques au regard des situations de travail analysées

 

Notre PDG, lui-même inquiet de cette situation dont il n’avait pas vraiment connaissance, lance son propre audit interne.

Une première phase de l’expertise, constituée d’entretiens avec les salariés, l’encadrement et les acteurs de la prévention qui s’est déroulée en juin 2015, nous a malgré tout permis d’identifier certaines causes de cette dégradation des conditions de travail et du mal être, ( organisation du travail, reconnaissance, communication, ….).

Mais en séance CHSCT du 26 septembre 2017, cette expertise vient finalement d’être stoppée net par un vote de vos nouveaux élus CGC et CFDT élus au CHSCT lors des dernières élections professionnelles.

Les arguments avancés par ces élus sont d’ailleurs les mêmes que ceux prononcés en séance par la présidente du CHSCT et Directrice d’établissement.

« Ça va mieux, et puis on n’a pas besoin d’un cabinet extérieur qui ne connait pas nos métiers pour nous dire quoi faire. »

Résumons, lorsqu’il s’agit d’aider à la construction de meilleurs conditions de travail, on n’a pas besoin de se faire aider. Par contre, pour modifier les conditions de travail (LEAN), là on peut …

Bref, la Direction n’est pas à une contradiction près.

Le vote : « Pour ou contre la poursuite de l’expertise » :

CGT 5 Voix pour

CGC 6 Voix contre

CFDT 2 Voix contre

Force est de constater que la Direction qui n’a eu de cesse depuis deux ans de freiner au maximum cette expertise, n’a plus besoin de faire de l’entrave directe au fonctionnement des instances puisqu’elle le fait par procuration avec l’aide des élus d’organisations syndicales toujours enclines à lui venir en aide.

Notre intention de poursuivre n’aura pas suffi.

-La Phase 2 de l’expertise, par l’observation du fonctionnement actuel du système de prévention et l’analyse des causes sur le terrain, aurait dû permettre la mise en œuvre de méthodes et de moyens pour résorber, maitriser, et prévenir certains risques inhérents à cette nouvelle organisation du travail, non seulement pour le bien pour l’entreprise mais surtout celui des salariés.

Nous déplorons  l’attitude de certains élus du CHSCT qui jouent ce jeu déloyal envers des salariés qu’ils sont censés représenter sur leurs conditions de travail.

Quant à la Direction qui a pris le soin en séance de qualifier d’immature les choix portés par les élus CGT pour améliorer les conditions de travail des salariés, nous vous laisserons là aussi seuls juges.

 

Malgré tout, vos élus CGT poursuivront leur travail afin de toujours défendre les intérêts des salariés

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *