Nous avons poursuivi la lecture du projet d’accord sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

Art 3. Favoriser les parcours professionnels identiques 

La Direction Générale a pris en compte notre remarque sur la différence de salaire pour les femmes positionnées P3A et au-delà et analysera, durant la durée de cet accord, les promotions des femmes dans ces positions (P3A, B et C)

La CGT veillera, via la commission étude emploi, que cet écart soit solutionné.

La Direction Générale a ajouté un dispositif permettant aux femmes de faire garder leurs enfants en prenant la charge financière de cette garde, lors de formation tombant sur une journée non travaillée (congés parental ou temps partiel)

La CGT approuve cette initiative mais demande que ce dispositif soit accessible à tous les salariés, afin d’éviter toutes inégalités de traitement contrairement à l’énoncé de cet accord le réservant uniquement aux femmes.

Art 4. Favoriser la parentalité dans l’entreprise

 La Direction Générale incite toutes les femmes à déclarer leur état de grossesse dès le 3ème mois, afin de bénéficier d’un aménagement de poste, si nécessaire, sur préconisation du médecin de travail.

La Direction Générale a pris en compte notre demande de disposer d’un outil informatique sur la gestion des Entretiens Professionnels avec un indicateur de suivi pour 2018 dixit Y. Petit DRH.

 

Art 5. Concilier vie professionnelle et vie familiale

Dans un souci de concilier vie professionnelle et vie familiale, la Direction Générale veillera à ce que les réunions ne se prolongent pas au-delà de 19h.

La CGT constate que cet horaire met en difficulté les salariés dans leur vie familiale pour récupérer leurs enfants dans les services de proximités (école et garderie)

C’est pour cela que la CGT a proposé de modifier cet horaire en le baissant à 18h.

La Direction Générale a pris note de notre proposition sans se positionner

La CGT a, de nouveau, proposé la création d’une crèche inter-entreprise (comme chez THALES et SAFRAN)

Depuis 2014 chaque salarié bénéficie d’une autorisation d’absence payée, sous réserve de présenter un justificatif, pour se rendre à 3 des examens médicaux pré et/ou postnataux obligatoires.

La Direction Générale continue à maintenir, l’accord d’autorisation d’absence pour enfants malades, au père ou à la mère, uniquement jusqu’à la limite d’âge de moins de 12 ans !

La CGT a, à nouveau, demandé le passage de cet âge limite à 16 ans, un enfant malade de plus de 12 ans, n’étant pas apte à se garder et se soigner seul !!!

La Direction Générale a catégoriquement refusé !

Que ne nous a t’il pas fallu alors entendre, comme argument et réponse de Yves. PETIT DRH à ce refus:

« Parce que nous ne voulons pas, que cela coute plus cher à l’entreprise » !

Pour la CGT, une telle réponse est inacceptable et socialement totalement déplacée au regard du thème abordé « Concilier vie professionnelle et vie familiale », tant qu’envers les salariés qui, chaque jour, relèvent les objectifs et chalenges de la société !

La CGT a demandé l’attribution des 4 jours rémunérés à 100% au lieu de 2 jours rémunérés à 100% et 2 jours à 50%.

La Direction Générale a catégoriquement refusé !

La CGT a demandé l’attribution des 4 jours alloués pour chaque enfant d’un salarié, au lieu de 4 jours aujourd’hui pour l’ensemble des enfants d’un salarié.

La Direction Générale a catégoriquement refusé !

Art 6. Représentation du personnel

 La Direction Générale réaffirme que l’engagement syndical ne doit en aucun cas constituer un frein à la progression de carrière et d’évolution salariale et engage les salariés à s’investir plus qu’avant dans la vie des Organisations Syndicales, notamment les femmes.

Art 7. Indicateurs de suivi

3 indicateurs ont été ajoutés :

  • Nombre de nouveaux temps partiel,
  • Nombre de fin de temps partiel dans l’année,
  • La répartition cadres et non cadres bénéficiant dans l’année d’un congé de 6 mois, de prises de congés enfant malade et de prises de congé maternité et paternité,

La CGT a demandé l’ajout du « coefficient » à 4 indicateurs afin de permettre une meilleure et plus fine analyse des données du rapport annuel égalité Femme/Homme :

  • Promotion des présents/présents,
  • Durée moyenne entre 2 promotions,
  • Durée moyenne dans le coefficient/position,
  • Salaire moyen annuel présents/présents,

La Direction Générale, sans nous en fournir la moindre preuve, affirme que cette donnée supplémentaire par « coefficient » n’apporte aucune information pertinente.

La Direction Générale aurait-elle des choses à cacher !

 La CGT a  aussi formulé l’ajout d’un indicateur sur le nombre de femmes ayant eu une action de correction de repositionnement salarial, car la Direction Générale nous indique rétablir les inégalités tout au long de l’année.

Art 8. Suivi de l’accord

La Direction Générale maintien les commissions locales sans accorder de crédit d’heures à ces membres afin de pouvoir travailler correctement.

La CGT a proposé l’allocation de 12h/an par membre pour une meilleure efficacité du suivi de cet accord.

La Direction Générale a pris note sans se positionner.

Commentaires CGT

La CGT a obtenu la prise en compte, par la Direction Générale, de 3 de ses demandes et portera à nouveau ses propositions lors de la prochaine réunion, ceci dans l’intérêt des salariés.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *